Récit de la course : Trail du Buis - 21 km 2009, par the dude

L'auteur : the dude

La course : Trail du Buis - 21 km

Date : 15/11/2009

Lieu : La Buisse (Isère)

Affichage : 1674 vues

Distance : 21km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

20 autres récits :

Premier trail du buis

La Buisse, le début des terres froides (on se croirait dans Tolkien), un coin de l’Isère où je ne pose pas souvent mes baskets, c’est même carrément la première fois que je cours au nord de Fontaine, c’est dire !

Oui mais ce petit trail du Buis me fait bien envie : d’abord y a pas pléthore de courses quand arrive novembre, ensuite c’est une première édition, c’est émouvant les premières éditions, non ?,  et puis la distance et le D+ me conviennent bien (21km pour 800m), je n’ai pas porté de dossard depuis le RER, en + j’ai commencé à suivre un plan d’entrainement depuis 5 semaines, et je suis curieux de voir si ça porte ses fruits,  et puis… n’en jetez plus ça fait bien assez de raisons pour se lever un dimanche matin, d’autant qu’il fait plutôt doux et sec.

Arrivé sur place, avec mon pote Christophe, je retrouve avec plaisir qques figures kikouriennes et non moins iséroises comme Mardouck, Adrien, Ross et bien sûr Iade qui joue à domicile.

Autre bonne surprise l’affluence : 400 personnes en tout dont 250 sur le trail, les autres se répartissent entre une course sur le plat de 7km et une randonnée de 14 km.

 


 

 

 

Faudra monter là-haut...

 

 ...en contournant par la droite.

 

la même chose de profil

 

Après un bref échauffement nous prenons le départ, plutôt tranquillement d’abord car ça bouchonne un peu, j’en profite pour discuter un peu cinéma avec Olivier qui a de très bons goût en la matière, puisque ce sont les mêmes que les miens.

Petit à petit le peloton s’étire et nous prenons de la vitesse, ai-je précisé que le trail commence par 7km dans la plaine, oui les mêmes que ceux de la petite course à plat.

Je rattrape Julien qui semble vouloir partir doucement, je le passe donc en essayant de garder mon allure que je calque sur 2 coureurs qui semblent plutôt être des bitumeux et qui ont une régularité de métronome sur cette portion extrêmement roulante.

Après cette boucle dans la plaine, nous rejoignons le village et nous séparons des coureurs du 7km qui s’en vont vers l’arrivée sans même un regard d’adieu pour les braves qui s’en vont affronter la PENTE.

Ca commence franco par une série d’escaliers, puis ça enchaine par du monotrace bien raide, où l’on marche à la queue leu leu.

Je profite des lacets pour jeter un œil en arrière: aaarghh Julien est juste en dessous, lacet suivant: aaarghh Adrien aussi ; encore un lacet: ouf Ross n’est pas là, à moins qu’il ne soit devant…

Normalement je m’en sors bien sur ces portions très raides, mais là je vois bien que Julien monte beaucoup plus vite que moi, je pense m’en tirer lorsque survient une portion plus roulante, mais je n’arrive pas à bien relancer et dès que ça remonte je me remets à marcher et c’est sans surprise que je vois Julien me passer en trottinant, snirf.

Je le regarde partir me disant que la course est encore longue etc, mais au fond de moi je n’y crois pas trop.

Je continue donc la montée qui est de nouveau plus roulante, un petit coup d’œil derrière: Adrien est toujours là mais l’écart semble stable.

Puis la voila, la PENTE , la montée de chez montée, non seulement on marche mais on s’accroche aux branches pour avancer. On double pas mal de randonneurs qui nous laissent gentiment passer et nous encouragent tout aussi gentiment, bien sûr je souffre mais tout le monde souffre je vais même doubler 3 coureurs dans cette portion ; puis enfin alors qu’on n’y croyait plus nous voici arrivés en haut.

 

 

On enchaine directement par du chemin large et roulant, tout le contraire de la montée, j’essaye de relancer tout de suite, mais comme souvent lorsque je suis seul j’ai du mal…à me faire mal.

Je ne vois personne devant, mais je sais que derrière ça revient fort, ils sont 3 lancés plein pot.

Je profite quand même de la magnifique vue sur cette crête avant de repartir dans les bois puis de rejoindre un petit bout de bitume juste avant le second ravito.

Deux coureurs me rejoignent juste à cet endroit, l’un s’arrête au ravito et l’autre le zappe, moi itou. Le coureur qui m’a rejoint est un vétéran que j’avais doublé à la toute fin de la montée, et s’il peine en côte, et bien sur le plat il emmène un sacré rythme, j’ai toutes les peines à le suivre.

Il finit par s’en aller sans moi, je continue donc seul, double un coureur qui a l’air bien cramé et aborde la descente finale.

 

S’il est vrai que la montée était pour le moins pentue, la descente est pas mal non plus quoi que plus abordable.

J’aperçois 3 coureurs au loin devant, dont le vétéran qui m’a lâché sur le plat, et j’entends que ça revient derrière, après plusieurs minutes sur chemins carrossables, je bascule vers du chemin plus technique.

Très vite 2 coureurs reviennent de l’arrière et me passent, j’essaie de m’accrocher un peu, nous rattrapons les 3 de devant et les lâchons aussitôt.

Je m’applique dans cette descente de + en + technique (droit dans la pente sur herbe, slalom entre les branches et les fils de fer barbelés, chemin de grosses pierres roulantes, etc) mais je sens bien que les 2 autres descendent mieux et l’écart se creuse doucement.

Lorsque nous rejoignons enfin la route ils ont déjà une vingtaine de mètres d’avance et un dernier petit coup de cul sur route va littéralement m’achever. Désormais le seul objectif reste de préserver ma place et de viser moins de 2H.

 

Le parcours redescend vers le village sur route très pentue, ça fait mal aux pieds, au dos, aux genoux, bref à tout ce qui peut faire mal quand on court.

la descente sur bitume c'est pas franchement le pied

 

Je reconnais enfin le passage ou nous avons traversé la rue principale à l’aller, encore qques virages dans le village, puis la dernière ligne droite, un coup d’œil derrière pour constater que ça revient mais j’ai suffisamment d’avance pour gérer jusqu’à la ligne.

 

ouais cool bientôt fini

 

c'est sûr? y reviendra pas???

J’en termine donc en 01H58 (39ième position) et une drôle de sensation ; j’ai jamais eu l’impression d’être vraiment mal, je n’ai pas eu mal aux jambes, pas de point de côté, mais j’ai jamais pu relancer ni accélérer comme je le voulais.

 Il n’y a pas si longtemps j’étais juste derrière ou juste devant Julien et Boris, aujourd’hui ils me mettent respectivement 5 et 3 minutes, comme dirait Adrien il semble bien que les rapports de force sont en train de changer, et pas en ma faveur.

Moi qui voulais me rassurer sur mon plan d’entrainement, c’est pas franchement réussi, mais bon après tout c’était peut-être un jour sans, je referai sûrement une course début décembre (Autrans) pour tester à nouveau, d’ici là wait and see.

 

Malgré tout je suis vraiment content d’être venu sur ce trail, le parcours est vraiment très varié et exigeant, l’organisation et l’ambiance parfaites, un grand merci aux bénévoles.

 

 

 

4 commentaires

Commentaire de unbretonagrenoble posté le 17-11-2009 à 21:08:00

Super récit et belle course. J'aurais bien voulu m'accrocher plus longtemps!

Ça ira mieux à Autrans! (même si ton temps est déjà très bien!)

A+

Commentaire de l ignoble posté le 17-11-2009 à 22:41:00

hi,the dude,d'abord ton récit est tout simplement le meilleur avec celui de mardouck,du breton...d'abord soigne ton pied...julien est sur une autre planète en ce moment,il a trouvé sa voie,Franck peut progresser,et moi tu me battres si le gf continue à perdre....ou bien si ca depasse 25 km....viens a autrans le 5 décembre....a plus

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 18-11-2009 à 01:02:00

Quel chouette récit... vraiment...

Je fais peut-être mes récits rapidement, mais aussi sans doute trop à chaud car en te lisant j'ai l'impression d'avoir zappé pleins de trucs !

Alors déjà je me dois de rectifier une erreur, sur le plat du départ ma vitesse pouvait être considérée comme pas mal non ? Et si ça n'avait pas été toi qui m'aurait passé je ne me serai sans doute pas motivé à t'accrocher, et de facto Adrien non plus donc merci à toi !

Le reste de ta course est captivant, ces changements de hierarchie en fonction du terrain... Halletant !

Ton pied a bien reçu en tout cas, impressionnant ! Même Ross-the-Boss ne doit pas avoir un tel pied avec ses runnings !

A bientôt en 2010 !

Commentaire de shunga posté le 19-11-2009 à 22:19:00

Yeah il court the dude il court.
Ca va venir pour le plan ça va venir. 5 semaines c'est peut etre un peu juste pour que ça paie non ? Chai pas.
Bravo en tout cas !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !