Récit de la course : Raid Grand Place 2006, par Petit Nuage

L'auteur : Petit Nuage

La course : Raid Grand Place

Date : 17/6/2006

Lieu : Grenoble (Isère)

Affichage : 1028 vues

Distance : 52km

Objectif : Objectif majeur

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

4 autres récits :

Raid Grand'Place 2006

Samedi 17 Juin... 6h30 réveil difficile après avoir rêvé toute la nuit que j’oubliai du matos! ... Mais bon, il faut se lever tôt pour manger 3 heures avant la course!
La préparation des affaires est un vraie casse tête : objectif : ne rien oublier !
quelque barre de céréales dans le sac, un camel de 2 litres sur le dos avec du produit énergétique dilué par deux, un bidon de sirop et un de produit énergétique non dilué : je sens qu’il va faire chaud !
7h15 : On réveil la miss qui participe à son premier raid.
8h00 : départ, vélo chargés !
8h20 : On retrouve tom sur le parking : il à l’air chaud patate !
Le retraits des drossarts est sans souci : pas de queue et organisation très aimable !
Prise de connaissance des cartes : Dieu que c’est roulant ! Petit coup de speed, et changement de vélo pour tom : privilégions le confort et le rendement à la technicité !
9h20 : La carte est entièrement mémorisée, sauf les dernières balises qui ne devraient pas pauser de problème…
9h30 : départ des élites… le stress commence à monter…
9h50 : un dernier bisous et un petit mot d’encouragement à la miss et au fréro… on se place en avant. On fait un peu moins les fiers avec tout les caïds à côté, malgré la motivation qu’est-ce que ça va donner ?
9h58 : un dernier pissou
10h00 : top départ ! La foule derrière le camion ouvreur… ça roule serré, il faut faire attention aux trottoirs et à tout le monde autour… les petit écarts font de grosses frayeur : c’est quand qu’ils nous lâchent ? quelque 2 km de luttes serrées, avec tom toujours bien placé à droite du camion et moi qui tente tant bien que mal de ne pas me blaiser… voilà, la grosse montée, d’abord de bitume puis enfin de la bonne terre. Le pourcentage est suffisant pour assurer la tête de course. Les premières pierres humides redistribuent les cartes : la masse montera à pied alors que nous nous échappons : premier contrôle : deux concurrents devant, mais d’une équipe différente « c’est bien tom, très bien, continue comme ça, vas-y roule ! » les porte carte fou le camps ! Fait chier j’aurais du le tester avant la course ! Les lunettes sont vite de trop. Ça y est première balise et fin du parcours fléché ! On est en tête et on semble avoir bien envoyé. L’orientation est facile et on ne fait qu’une bouché des 2 balises suivantes.
Arrive le première problème : On a rattrapé les élites retardataires… la descente technique ou l’on est sensé gagné du temps se fera : « A la queue le le ». Mais les balises suivantes en tantinet technique nous permettent de nous dégager de ce groupe et de rallier le point de contrôle du pont de Claix (d’ailleurs mal placé sur la carte) toujours en premier.
Le long des berge du Drac, Tom se retourne et lance un « ça reviens » en effet, on est suivit par deux jeunes, qui on l’air d’avoir bien la caisse. Balises de Claix, montée de Comboire avalé en tête, Tom prévoit de les semer dans la descente : Il aurait fallu retourner la carte pour se souvenir de la balise placé avant la fin de la descente… mais dans la pression nous avons abordé la descente a « fond les ballons ». Heureusement qu’il à œil Tomtom ! ça lui a valu une crampe dans l’arrêt d’urgence mais il là eut ! Point de contrôle, retour sur la piste cyclable de berges : orientation facile jusqu’au parc à vélo : très très roulant : roue dans roue avec l’équipe qui n’a fait, pour le moment, que nous suivre en orientation. Puis on arrive à un point de contrôle : tout du moins sur la carte ! Parce que sur le terrain : Rien du tout ! 5 à 10 minutes plus tard c’est l’organisation qui arrive totalement à l’arrache pour installer le point. Elle nous poinçonne en nous promettant du temps en plus (où est il passé celui là ?) !!!
Dernières balises enfilés à toute vitesse puis poses des vélo et montée à la bastille à pied !
Par le jardin des dauphins, impossible de trouver la balise 81… Faire attention de ne pas monter trop haut…le règlement stipule : « les balises doivent être poinçonnées dans l’ordre ». Les poursuivants ne nous sont d’aucune utilité puisqu’ils sont perdus… mais bon on la trouve après 5 minutes de recherche et on attaque la montée en disant à nos subséquent qu’on la prendra ensuite. On double 3 équipes dans la montée, ce qui à une petite tendance à faire stresser tom sur l’avenir de la course, mais en questionnant les différents adversaires, aucuns d’eux n’a poinçonné la 81 ! Après une redescente version rapide sur les marches, on arrive à la tyrolienne en première position : l’organisation n’étaient pas tout à fait prête mais on a pas trop perdu de temps.
Petite course, prise du canot (à l’envers pour rire un peu…) puis nous voilà parti pour une longue session de rames sur l’Isère… et ben c’est long ! tom est super chaud et rame à bloc, moi j’ai un peu les épaule qui chauffe vite… le problème c’est qu’on sais pas ou il faut descendre ! Je sort la carte sous un pont ou tom c’est arrêté voir si s’était l’arrivé : un camion pompier mini d’une carrioles à canot nous à mis la puce à l’oreilles. Horreur ! la carte est dans l’eau ! Trempé et presque illisible ! « C’est pas là tom, c’est plus loin ! » bonne surprise quand plus loin il n’y a personne pour nous accueillir ! L’organisation encore une fois à l’arrache ! Mais bon, nos roller étaient sorties du camion et on enchaîne, avec un bout de carte donné par le gars qui en fin de compte ne pourra pas servir !
Le matériel pourri de tom et ça non expérience me permet de souffler… quand à lui il souffler et perd un roue. A la fin du roller toute notre avance à disparue ! Et la pression est de retour !
Je réussi tant bien que ml à déchiffrer les 4 dernière balises sur notre carte en charpie et nous voilà repartie a donf avec les autres au fesses ! Une petite erreur d’orientation aurait pu nous coûter cher si nos poursuivant n’avaient pas du aller chercher la balise 81 ! Gros stress jusqu’à la dernière balise au tom aperçois nos poursuivant « ça reviens ça reviens » ! Et la le comble pour l’organisation : on arrive à la fin, et le gars nous dis « suivez les rubalines ! » on s’exécutes et on tourne à travers les arbres pour se retrouver exactement au point de départ ! Puis il a le culot de nous dire « mais qu’es-ce que vous faites ? La balise elle est derrière là bas ! »
« Excusez nous on est pas sensé savoir qu’il faut passer par-dessus une de vos barrières pour finir… »
Et le bonhomme se précipitera ouvrir le chemin pour le reste des 166 équipes !
Une victoire qui fait vraiment bien plaisir avec tous les coups de stress qu’on a eut ! 30 secondes des 2eme, c’est chaud !
On aurait du finir plus tôt mais on a rien réclamé on était tellement content d’avoir gagné !
:o)
NB : en plus les lots valent vraiment le détour : appareil photo numérique, lampe frontale, stage découverte paint ball, location de scooter, bon d’achat….

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.2 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !