Récit de la course : Cross Départemental de l'Isère 2011, par Belet

L'auteur : Belet

La course : Cross Départemental de l'Isère

Date : 9/1/2011

Lieu : Villefontaine (Isère)

Affichage : 394 vues

Distance : 9.5km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

2 autres récits :

Départemental de footing

   On y est, nouvelle année, nouvelles résolutions, nouveaux mollets, ou presque.

   Suite au diagnostique de ma déchirure de l'aponévrose début Octobre, la guérison s'est organisée de la sorte:

  • Phase 1 : repos. Le problème du mollet, contrairement à une blessure identique à la cuisse par exemple, c'est qu'il est toujours sollicité, même pour traverser la rue. Donc 6 semaines de repos complet, même pas de vélo, à la rigueur un peu de piscine avec pull-boy pour les drogués du sport qui ont besoin de faire travailler leur cardio. Genre le conseil du médecin quand j'ai quitté son cabinet: "prenez plutôt l'ascenseur pour descendre". Ok ok, j'ai compris. Bon du coup j'en ai profité pour faire coupure complète, ce qui d'ailleurs correspondait plutôt bien avec ma charge de taf à l'époque.

    Début également des séances kiné pour aider la cicatrisation. Donc massages, un peu d'électro et d'ultrason, et surtout massages. Ya bon.

  • Phase 2 : rééducation. Après 6 semaines on considère que la membrane doit être cicatrisée. C'est théorique et ça m'a un peu inquiété, mais à moins d'une nouvelle écho, pas moyen d'en être certain. Il faut maintenant ré-assouplir tout ça pour éviter que ça pète au premier footing.

    Fini la farniente, les séances kiné se transforment en exercices d'excentrique. Késako? Imaginez un plongeur au 10m, dos à la piscine prêt à faire son triplesaltovrillé. Ben même position sur la pointe des pieds (sur un marche pied, c'est plus facile à installer qu'un plongeoir de 10m), montée sur la pointe à l'aide de la jambe valide, et redescente de la position haute à la position basse sur la jambe blessée. Vous m'en faites 4, puis 6, et jusqu'à 9 séries de 10 descentes, entrecoupées de très légers étirements et de 30s de marche. Le mollet fragilisé ne travaille donc jamais en contraction, mais toujours en étirement.

  • Phase 2 bis: récup. Le hic des séances, c'est que ça provoque de grosses courbatures dans la jambe malade, pire qu'un kil vertical allure 10km. Au point qu'après la 2ème séance j'ai cru que tout avait de nouveau explosé, mollet contracturé pendant 3 jours. Mais c'est à priori normal et c'est ce qu'attendait le kiné, on se force donc à lui faire confiance. Pis il continue à faire des massages quand même, alors faut pas le contrarier.

    Pour enchainer les 2 séances de torture par semaine, il faut donc faire un peu de sport pour aider à faire passer tout ça. Rien de bien bandant voire même plutôt rébarbatif, vélo à plat, et un peu de footing tout aussi à plat, genre 4*5mn. Comme la météo était un peu capricieuse en Décembre, j'ai vite été obligé d'investir dans un home trainer pour faire ces séances. Et trouver du plat n'étant pas toujours évident dans la région, j'ai dû faire 10 fois le tour de mon bled, pas motivant.

  • Phase 3: reprise. Progressive naturellement. J'en suis là, ou presque. C'est que les vacances en famille, c'est bon pour rétablir un taux de gamma GT décent, mais ça fait prendre du retard sur le planning d'entrainement. Donc encore 1 séance d'excentrique par semaine pendant quelques temps, mais je peux désormais courir 1h cool quasiment tous les jours (sauf le lendemain d'exo), et recommencer progressivement des séances club.

    Évidemment après 3 mois sans effort ya plus rien dans la pompe à fioul, et il va falloir tout reprendre à la base.
  C'est donc dans ces conditions que je suis allé faire mon petit footing dominical aux départementaux de cross, à Villefontaine. Très beau parcours en bord d'étang, vallonné comme il faut avec un coup de cul façon cross de Voiron, du sélectif mais plaisant pour le traileur touriste égaré.

   Perso avec une moyenne de 10km/h par sortie, bon, je me doutais un peu du résultat. D'autant que la météo était de la partie, froid et pluie constante, terrain boueux à souhait, un vrai bonheur. Premier virage je vire avant dernier, et j'suis déjà au dessus de mon rythme habituel. Je tente de trouver une foulée économique, pas vraiment évident vu le terrain. Le cardio restera très haut même si je ferai attention de ne jamais vraiment forcer musculairement. Laurent Gigante me rattrape dès le milieu de mon 2ème tour, et j'aurai le plaisir de voir l'arrivée des 10 premiers avant d'entamer mon dernier tour. Mais l'ambiance est bonne et les encouragements des CMI-boys me font marrer à chaque passage dans le raidillon.

   Au final, un bon 46mn au seuil (173 puls quand même) mais pour seulement 12.5km/h, et 71ème sur 75. Bon ya du boulot, et justement, ça m'a bien redonné envie. A suivre, ya les régionaux dans 3 semaines :).

1 commentaire

Commentaire de Pat'jambes posté le 05-02-2011 à 20:45:00

Aaaaaah c'est donc pour ça que tu courais comme un sénateur et ne relançais pas après le raidillon... :o)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.2 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !