Récit de la course : Les Foulées d'Orléans - 21.1 km 2019, par GlopGlop

L'auteur : GlopGlop

La course : Les Foulées d'Orléans - 21.1 km

Date : 12/5/2019

Lieu : Orleans (Loiret)

Affichage : 441 vues

Distance : 21.1km

Matos : Pas grand chose si ce n'est l'envie.

Objectif : Terminer

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Pas d'autre récit pour cette course.

Foulées d'Orléans 2019 - 21kms

LE CONTEXTE:


Jusqu'alors, cette manifestation se limitait à un 10k. Esquisant régulièrement l'espoir d'une allonge lors de mes précédentes participations, je me devais d'inaugurer l'arrivée en fanfare d'un semi dans la cité Johannique. c'est donc chose acquise !
Le parcours sera celui du 10k suivi d'un bis répétita.

Sortant d'une contracture au mollet assaisonnée d'un hallux valgus naissant, l'articulation entre le gros orteil et le premier métatarsien (articulation métatarso-phalangienne, ça c'est pour la culture !) s'enflammant fréquemment par poussées peu prévisibles, c'est avec circonspection et sans prétention outre que de finir sous 2h que je décidais de m'inscrire. 
Ce sont mes troisièmes Foulées. J'y apprecie de courir  rue Jeanne Jeanne D'arc encore toute auréolée des décorations des fêtes Johannique, parcourir les ponts et suivre les rives du fleuve Royal. Ce décorum magnifié par l'imposante stature de la cathédrale Sainte Croix donne à cette manifestation un caractère chargé d'histoire.
Et puis je vais tester une discipline de fer sur les sucres ! Ce mélange singulier devrait arbitrer sur ma désinvolture habituelle de la gestion des ravitaillements.
Aussi c'est acté, 2 confipotes, les liquides ont ma préférence sur les barres solides, et une flasque sèche où est déposé la quantité ad-hoc de poudre à l'effort type Hydrixir. Le reste à la consigne! c'est ainsi léger comme un zéfir que je compte me  présenter.


LA COURSE:


Ce matin, je suis envahi de félicité ! Comme Voltaire, j'ai décidé d'être heureux, c'est bon pour la santé, a t-il dit !

Ça a dû fonctionner , il est parti tardivement pour l'époque à 83 ans!
Un superbe temps printanier illuminera nos foulées. Vent frais du matin et ciel azur seront nos accompagnateurs.
Debout à 7h00 et repas chargé en glucides, fructose et laitage. Et puis un peu de pâte à tartiner sur une gauffre pour cimenter tout ça.
Taping autour de mon premier métatarse. Là ça tient de l'effet placebo mais vu que celui-ci contribue sur 30% des améliorations, des symptômes et des guérisons au sens large, je tente le coup! Afin d'évier le coup de mou post départ  souvent dû à une réaction glycémique, ma boisson d'attente mon mélange à moua contiendra un jus d'orange fraichement préssé, ça c'est pour le fructose, additionné de Rozanna et de ses sels reconnus. On verra dans les faits, le comportement de ce mélange atypique...
Le semi programmé à 10h30 me laisse le temps de voir l'arrivée du 10k et du 5k respectivement avec des temps de 15':01 et 31':58 . Oups, c'est relevé! j'opte pour laisser les premières places du semi à ceux et celles qui le souhaitent. Altruiste je suis et toujours sous les 2H je serais, me dis-je.
Je pars me réchauffer à la consigne située à l'hotel Dupanloup près des jardins de l'évéché derrière la cathédrale. Un radiateur salutairement disposé m'attire. J'interpelle une concurrente du 10k fraichement arrivée pour lui demander l'intérêt de conserver le coupe vent. Pas d'utilité , même au sortir du pont de l'Europe me répond t-elle. Elle aurait même eu un coup de trop chaud dessous. Très bien, un poids en moins et zou à la consigne itou.  Je conserve juste   ma potion d'attente que je sirote régulièrement.
H-15, je quitte ma place de cancre près du radiateur et retrouve au pied de la nef, un bénévole, collègue au travail, s'activant sur le poste de ravitaillement au 10k en fin de premier tour. Je lui explique  ce que j'attends de lui lorsqu'il faudra compléter ma flasque sèche en eau lancé encore tout frais que je serais, enfin j'espère, dans le virage derrière la cathédrale .
J'entends au loin sur le parvis, dans la sono, l'échauffement qui commence pour ceux qui le souhaitent  et me positionne mentalement dans l'état d'esprit pré-course, celui qui nous amène à nous demander ce que l'on fait là. Ces moments rares qui ne font pas partie du quotidien sont néanmoins délicieux et j'en apprécie chaque seconde. Je me place au 2/3 dans le sas où s'entassent  500 participants.

Zut pas de décompte, du moins je ne l'entends pas! Un clap, une pression sur ma montre et c'est parti ! Un tour derrière la Cathédrale dans la cohue, je retrouve d'un air entendu mon ravitailleur à venir en lui remontrant d'un geste large, ma flasque qui pendouille coincée dans ma ceinture puis un premier passage sur l'aire de départ face au parvis.
La rue Jeanne d'Arc déroule ses immenses étendards laissés suite aux récentes fêtes Johannique et c'est la descente vers la Loire. Dans le flux, je constate à mes dépends que je suis à 5,05 au k. C'est trop me dis-je, je lève un peu le pied...
Orléans à mis en avant ses bords de Loire dédiés aux promeneurs. C'est ainsi que nous empruntons ses allées dessinées dans la verdure bordées  d'arbres et d'une piste cyclable. Quelques parents ont délaissé le lit conjugal dédié au repos dominical pour entrainer leurs projénitures dans les jardins publics et aires de jeux. Nous sommes dans l'hyper centre d'Orléans mais une atmosphère bucolique nous parvient. Au loin, le pont de l'Europe annonce le premier franchissement du fleuve. Son architecture ne laisse pas indifférent.  

La finesse de l'arc métallique incliné sur le bord du tablier, l'élégance de la suspension en câbles, le dessin original de ses appuis en Loire supportant le tablier sont les principaux éléments qui caractérisent cet ouvrage.
La file s'étire, ça double... ou pas ! Les positions se stabilisent, zut encore trop vite 5'30 moi qui visait 5'40, vais-je tenir ?
Au sortir du pont , une scène de vie attire mon attention. Un peu concierge, je tends l'oreille !
Une algarade oppose un bénévole à un jeune père de famille tenant le dos de sa petie fille en tricycle. Visiblement, le fait d'attendre le passage des coureurs l'importunait en cette matinée ensoleillée. Juste le temps d'entendre un "C'est pas possible, MOI je suis là tous les dimanche matin...".
Bref, la quiétude d'une promenade dominicale en bord de Loire et la chace de nous voir passer ne l'a pas atteint. Devrait faire du sport c'lui là ! Cela le détendrait et lui donnerait une vision du vivre ensemble!
Continuons...
Nous sommes en pleine zone verte. Sur l'autre rive, le vieil Orléans et sa cathédrale nous rappellent là d'où on est parti et où on doit revenir. il est temps de déclencher mon protocole.
J'attaque par petites gorgées ma première compote dès le 4eme k. Je vais l'emmener ainsi au plus près du ravitaillement du 10 à la fin de la première boucle. Là, ma fameuse flasque reconstituée en eau prendra le relais.
Un ravitaillement innopiné au 5eme K face au pont Royal au lieu dit 'Les Tourelles'. C'est là où les Anglais assiègent Orléans le 12 octobre 1428, en provenance de la Sologne. On y pense un peu.  Je saisi un gobelet. De l'eau ça ne peut pas faire de mal.
Détour dans l'Orléans de la rive gauche, sa zone résidentielle et retour en bord de Loire, la cathédrale est juste de l'autre coté du fleuve.  Le Pont Royal annonce la fin de la première boucle par une montée régulière. De nouveau rue Jeanne D'arc, sa foule, son Tram et face à la Cathédrale, passage sous l'arche en 55'30.
Tout ce mélange, c'est sûr cela change du cadre pastoral  de mes sorties forestières !
Détour derrière l'édifice religieux où je tends à mon ravitailleur patenté, ma flasque à remplir. Gobelets aux 2 mains, celle-ci est remplie en un temps qui honorerait un ravitaillement de F1.
Re-passage sous l'arche face au parvis, plus qu'un tour!

 

Je retrouve les points marquants de la premère boucle, les bénévoles, forces de l'ordre balisants les intersections, les bandas jouant de-ci de-là et les parents admirant leurs progénitures s'ébatant sur les aires de jeux . Je suis régulier maintenant, 5'30mn/k.
Cette deuxième boucle est plus intéressante. En positionnant mentalement des marqueurs réguliers, on élimine des zones sur lesquelles, on ne reviendra plus. Ainsi tout en ponctionnant ma flasque, les kilomètres défilent.  Je sors ma deuxième compote.  C'était ainsi acté, je totote tous les 500m !
Repassage aux Tourelles, je me sens bien, c'est bizarre !
Et comme je sais maintenant que mon pied suivra, j'appuis sur le champignon. Oh un peu ! histoire de m'apercevoir que plus personne ne me double. Je me plais même à grignoter des places, doucement, imperceptiblement mais je grignotte, 5, 10, 12...
Je totote, je grignote... quelques cumulus se reflètent dans l'eau en premier plan des quais de Loire, je ne peine pas, je reste à 150 soit 90% de ma FCM. Tous les indicateurs comme le temps sont au beau fixe.
La ligne d'arrivée où je me permets d'accélérer pour ravir 2 dernières places confirme mon aisance finale. Seules quelques raideurs dans les quadris indiquent qu'il est temps d'en finir.

 

 

Ces 1H55 me font énormément plaisir et encore dans mon élan, des flyers me sont tendus pour les prochaines sorties assortis d'un commentaire comme quoi un 10k c'est rien par rapport à ce qui vient d'être fait! Mouais...  puis avalé par la foule bigarée aux abords du dernier point de ravitaillement je savoure ces instants. Bavardage avec les bénévoles auquels je souligne la qualité de la prestation puis un regard vers les tours majestueuses de la Cathédrale que traversent quelques nuages poussés par le vent, de jolis souvenirs resteront accrochés à  cette matinée.


DEBREIF:
J'ai bien fait de venir ! déjà ça c'est dit !
Après, homages aux 160 bénévoles et organisateurs  présents en tous points où cela était nécessaire. L'organisation pour aboutir à la mise en place d'une telle manifestation au coeur d'une grande ville laisse imaginer des tracas administratifs qu'il a fallu gérer. C'est ainsi qu'au titre de la sécurité, chaque intersection devait être traitée de façon fixe par un obstacle ou temporaire par des bénévoles et forces de police.  Ceci n'est qu'un élément parmi d'autres  d'un tel projet. Encore merci pour votre implication.
Il est d'ailleurs grand temps de commander le beau temps pour l'année prochaine !

Quant à la course, j'ai trop géré en pensant finir avant de performer. Il aurait été possible de grapiller quelques minutes pour titiller 1h50 et finir à mi parcours du classement V3M. Cependant arrive un moment où cette activité doit être considérée comme une complément au bien-être et à l'estime de soi avant de vouloir à tout prix améliorer un temps et risquer une pathologie que l'âge ne tarderait pas à révéler.
Toutefois, au regard de mon alimentation, il semblerait en utilisant le conditionnel prudent qui va bien que l'ingestion régulière de sucre pendant l'effort à apporté  un plus en supprimant  toute baisse de régime.  A confirmer...

A bientôt les Foulées !!!


 

2 commentaires

Commentaire de Gilles45 posté le 29-05-2019 à 12:43:19

Bravo, chouette récit
(Un Olivétain !)

Commentaire de GlopGlop posté le 31-05-2019 à 20:50:31

J'imagine que tu en étais !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.15 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !