Récit de la course : Trail des Forts du Grand Besançon - 48 km 2019, par Kephset

L'auteur : Kephset

La course : Trail des Forts du Grand Besançon - 48 km

Date : 12/5/2019

Lieu : Besancon (Doubs)

Affichage : 486 vues

Distance : 48km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

27 autres récits :

Trail des forts de Besançon, course et tourisme

Trail des forts de Besançon, un TASK proposé fin février pour une course fin mi-mai, je n’ai pas encore travaillé mon calendrier 2019 et je ne connais pas trop le coin donc je m’y intéresse, ça change des mes terrains d’île de France / Alpes et le ratio distance dénivelé me plait bien 48km pour 2400 D+, ça devrait grimper.

L’avantage c’est que la course part et arrive à Besançon, de Paris facile d’accès en TGV donc tout à fait faisable pour un cliché parisien qui n’a pas de voiture !

La préparation

Je tente donc ma chance et suis tiré au sort, reste à préparer le voyage et la course. Pour le voyage aller-retour en TGV et je prends un BnB dans la vieille ville pour arriver la veille et visiter un peu la ville. Niveau prépa par contre… l’écotrail 80km en mars m’a mis bien mais ensuite plus grand-chose, quelques sorties entre amis, de la course d’orientation, le tout sur des formats courts, aucune longue distance mais ça reste « que » 48km donc ça devrait passer. Changement de boulot en début d’année donc pas mal occupé. Pour étudier un peu la course je regarde quelques vidéos des années précédentes, tout ce que je peux dire c’est que je n’espère pas la même météo !

L’avant course

J’arrive la veille à Besançon, en début d’après-midi histoire d’avoir le temps de me poser un peu et de visiter. Malheureusement niveau météo c’est pas le top, les averses se succèdent donc me limitent dans la visite de la ville. Je vais tranquillement récupérer le dossard à la base d’accueil, ce qui me laisse aussi le temps de voir arriver les premiers de la courte distance qui a lieu le samedi.

Après discussion avec les bénévoles, ils acceptent de garder ma valise durant la course donc aucun stress pour le lendemain à aller récupérer mes affaires avant de reprendre le train, c’est cool.

Dehors le panneau annonçant le parcours avec les lieux remarquables, les ravitos et surtout les Forts qui est la particularité de cette course. Le programme est assez simple, partir de Besançon, se rendre sur un fort sur l’une des collines entourant la ville, redescendre, petite portion de liaison, remonter la colline suivante jusqu’à un autre fort et ainsi de suite… résultat ça monte pas mal, ça descend bien aussi mais quelques portions au milieu pour se refaire un peu. Le plus dur sera la portion 11km à 24km avec 4 successions de montées/descentes de 300d+- environ sans repos.

La soirée sera courte avant la course, petite balade, repos/télé et au lit tôt

Départ – 11ème km

Le réveil est matinal mais pour une fois pas de voyage à travers l’Ile de France en train pour me rendre sur le lieu de course, mon BnB est à 15mn à pied, ça change. Réveil avec la pluie mais le temps doit se dégager dans la journée donc ça devrait aller.

Après avoir déposé ma valise je me mets tranquillement à l’arrière du peloton, comme d’habitude en attendant le départ, départ par vague pour étirer un peu le peloton. L’ambiance est bonne enfant autour de moi, pas mal de personnes qui n’ont pas l’habitude de ce type de distance.

Départ plutôt tranquille me concernant, il me faut toujours un peu de temps pour me mettre dans le rythme, on sort très rapidement de la ville et la première montée arrive assez vite, large au début puis se rétrécit. Je suis dans le rythme des personnes autour de moi en ce début de montée mais je vais rapidement commencer à dépasser. Pas de difficulté sur cette première montée et arrivée au premier fort en moins de 5km, gros bouchon à ce moment là pour traverser le fort, ce sera la seule fois. Dans la première descente je commence à être à l’aise et dépasse facilement, nous redescendons sur la ville que nous allons traverser en longeant le Doubs, la plus longue des transitions et je me rends compte d’un problème qui va m’arriver souvent sur cette course : je dépasse en montée et en descente par contre sur le plat je perds des places.

A la sortie de la ville on attaque la portion « compliquée », la succession des 4 montées/descente mais je suis bien dans le rythme donc aucun problème.

Le premier ravitaillement est en haut de la première montée, bien fourni mais je ne m’y attarde pas, je suis toujours autosuffisant au niveau de la bouffe au cas où mais si je picore volontiers dans les assiettes :D

11ème- 24ème kilomètre

Comme prévu la course s’est durcie sur cette portion, mais je suis à l’aise, surtout par rapport aux personnes autour de moi, je dépasse de plus en plus facilement.

Je profite des différents sommets et forts pour faire quelques photos, après tout je suis là en touriste !

La fin de cette portion et le ravito arrivent quand même à point nommé, un peu de plat pour se remettre un peu les jambes fera pas de mal. Je refais le plein d’eau, grignote un peu avant de repartir, ça va monter légèrement sur quasiment 8km, le faux plat montant c’est pas trop mon truc, je préfère quand ça monte franchement.

24ème – 39ème kilomètre

Moins de souvenir dans cette portion, la longue montée m’ont un peu cassé mais je reste dans le momentum de dépasser et gagner des places en permanence donc ça motive.

Surprise sur cette portion, on ne se contente pas de l’extérieur du fort mais l’orga nous fait réellement rentrer dans le fort de Puguey, escalier et galerie voûtée, bien humide et bien frais. C’est très sympa.

Dans l’ensemble même si on reste dans un rayon de quelques kilomètres autour de Besançon le tracé est très sympa dans le sens où les types de terrains et sentiers sont assez variés, c’est pas du tout monotone, on voit de tout et ça me donne l’occasion de faire des photos.

Il y a du monde dans le village pour le dernier ravito mais je passe en éclair, j’ai de quoi manger et boire jusqu’à l’arrivée,

39ème – 48ème kilomètre

Dernière portion, ça commence à tirer un peu sur les jambes mais au niveau de la tête tout va bien donc ça va. Les quelques difficultés sont surtout liées à la boue, la pluie des derniers jours a laissé des traces et même si sur le reste du parcours ça s’était pas trop vu, ici il y a quelques passages bien glissants, surtout que les coureurs d’autres distances ont du passer par là pour dégrader un peu le terrain, je ne dépasse plus tellement, les coureurs sont très espacés. Les quelques autour de moi commencent à m’accompagner plusieurs kilomètres, ça permet de discuter et se motiver mutuellement, ainsi que de se moquer gentiment sur les quelques rattrapages compliqués dans la boue !

Dernière surprise avant l’arrivée, le passage dans la citadelle, au milieu du « zoo » ? abrité dans la citadelle et surtout les remparts qui dominent la ville, un très beau point de vue sur la ville et l’arrivée accompagné de bonnes rangées de marches pour monter et descendre les remparts, de quoi vérifier que les cuisses répondent toujours.

Dernière descente et passage dans la ville, je peux encore accélérer un peu avant l’arrivée mais ça fait un moment qu’il n’y a plus grand monde à dépasser avec les écarts. Je finis en 6h52, 464ème sur 700, loin d’une grande perf mais je me suis bien fais plaisir sur cette course.

Surtout j’ai pu voir que sans vitesse sur le plat, c’est compliqué, j’ai gagné des places en montée/descente sur des passages étroits donc souvent un peu bloqué mais dépassé facilement sur le plat quand le chemin est large. 639ème au km11, 543 au km24, 469 au km39

Le ravito d’arrivée est gargantuesque, de quoi se refaire rapidement avec la possibilité de se faire un bon sandwich accompagné d’un choix de cancoillottes (soyons local !) avant de retraverser la ville jusqu’à la gare.

 

Bilan

Une bonne découverte, autant sur la ville que sur la course. Je pensais pas que ce serait si « compliqué », les successions infinies de montées/descentes cassent bien les jambes. Intéressant de trouver ce type de terrain et j’ai pu constater sur le parcours qu’il y a des portions balisées. Besançon à une station de trail avec une quinzaine de parcours balisés, jusqu’à 33km/1400d+ pour le plus long, de quoi s’entraîner facilement sans risque de se perdre https://tracedetrail.fr/fr/besancon

L’organisation est très bonne, j’ai pu discuter facilement avec quelques bénévoles la veille de la course pour me renseigner sur le parcours et faire garder ma valise, pour le contenu des ravitos, suffit de voir la photo à l’arrivée, je pense que c’est assez parlant !

Enfin dernier avantage, la « proximité », même si le matin de la course la zone de départ devient un parking géant, avoir une course depuis une ville pour un non conducteur c’est le bonheur.

Merci à toute l'orga et à Kikourou pour ce dossard Sourire

 

1 commentaire

Commentaire de Benman posté le 14-01-2020 à 08:40:04

Merci pour ce recit. Magie des tasks! Et c'est reparti pour la saison 2!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !